vendredi 31 octobre 2014

Fräulein France - Romain Sardou

France arrive à Paris, pendant l'occupation Allemande, et travaille au Sphinx, une des maisons closes les plus en vues de la capitale. La jeune et belle française sera vite remarqué par les officiers allemands et fera des jalouses parmi les autres prostitués. 

Lorsque la France a signé l'armistice en juin 1940, les Allemands ont occupé les postes administratifs et ont dirigé le pays comme bon leur semble avec l'aide des collabos.

Vivre l'occupation via une maison close est une excellente idée et dans ce roman, cela a été exploitée de main de maître. La rencontre de toute l'hiérarchie d'une maison close, la sous-maîtresse, le portier, etc. est bien rendu.

Ce qui est triste c'est que le Sphinx n'est qu'une infime partie de l'histoire. L'endroit sert d'introduction à France et puisque celle-ci recherche que les hauts-gradés de la Wehrmacht ont suit également leurs occupations journalières. Ce n'est pas inintéressant.

On a même le droit à quelques gros noms du IIIe Reich que j'ai trouvé bien placé et bien utilisé.

Le hic est qu'on sort de cette atmosphère de maisons closes pour suivre France et un gradé allemand. Quand les Allemands comprennent qu'ils vont perdre la guerre, les hauts-gradés et ceux qui ont participé à des atrocités commencent à préparer leur fuite. On suit alors France, bien docile, et son amoureux allemand magouiller leur départ du continent.

Et rendu au dernier chapitre, l'auteur nous balance toutes les clés de l'intrigue, les motivations et les explications. Tu n'en veux plus? Pas grave, on te l'entre de force dans la gorge. Oh que j'ai pas aimé la fin!

Ce livre n'est pas mauvais, il exploite trop peu l'ambiance des maisons closes. Je vous entend dire que Fräulein France, avec un titre aussi révélateur, l'auteur devait se concentrer sur son personnage et non pas la maison close. Peut-être, moi, j'ai été déçu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire