dimanche 21 juillet 2013

Microbrasserie Charlevoix, le Saint-Pub

À Baie Saint-Paul, il y a deux microbrasseries Charlevoix, le pub et l'usine de production. Hier, moi et ma copine avons essayé le pub.

Baie Saint-Paul est une jolie petite ville entourée de montagnes et la rue Saint-Jean-Baptiste est aux citoyens de la ville ce que la rue Saint-Jean est aux résidents de Labeaumeville anciennement appelé Québec.

À notre arrivée, une jeune femme nous a placé à une table au centre de ce qui ressemblait à un pavillon. Nos voisins étaient à droite, une lampe chauffante dont j'ai écrit lavez-moi svp dessus et à gauche, un groupe de six personnes.

La terrasse quelconque, sans cachet, nous proposait des chaises bourgogne en PVC et malheureusement, cette journée-là, il vantait à faire décoller la moumoute de la tête d'un monsieur! Nous étions coincés devant une petite table ronde. Mince consolation, l'intérieur de l'établissement m'a semblé chaleureux.

Ça a pris un certain temps avant que la serveuse vienne nous voir. Quand elle a décidé de faire son travail, nous avons opté pour la palette de dégustation. Première déception : nous n'avions pas le choix des sortes que nous voulions essayer. Une dizaine de bières étaient inscrites sur un tableau, mais seule les quatre premières venaient avec la palette. Lorsque nos bières sont arrivées dans de jolis minuscules pichets, la plupart n'était même pas remplis au bord et ce n'était pas la mousse qui s'était dissipée, c'était vraiment un manque de liquide.

Aucune des quatre bières n'a été un coup de cœur. La blonde goûtait la budweiser, la blanche, la hoegaarden, la IPA était correct et la porter goûtait... la porter.

Nous avons commandé nos repas. J'ai choisi un steak signature Saint-Pub à la Vache folle stout (ce sont eux qui brasse cette marque) et ma blonde, des côtes levées.

Le menu nous offrait la vache folle en bouteille. J'étais déçu de ce manque de choix. Je pouvais acheter cette marque au monde des bières sur Marie-de-l'incarnation. Là, je voulais qu'on me fasse découvrir autre chose.

Quelle déception pour un prix aussi élevé. L'assiette était vide et la présentation insignifiante. Les frites et les ribs semblaient plus appétissants! Comme seconde bière, j'ai opté pour la criminelle de la voie maltée, qui n'était même pas une bière brassée à la microbrasserie Charlevoix et elle était cent fois meilleures que les quatre autres.

D'ailleurs c'est ça que je reproche à la microbrasserie Charlevoix, leurs produits sont cachés parmi d'autres et le choix est pauvre (hier, il y avait quatre propositions de blonde si je me souviens bien).

Sceptique, j'ai fait goûter ma viande trop cuite à ma blonde. Je voulais savoir si elle avait un goût de stout. Conclusion, c'était le même goût qu'un steak cuit dans la poêle sur le four à la maison et la sauce en était une aux trois poivres. Quelques petites patates, un champignon portobello, une moitié de courge et cinq ou six fèves complétaient cette assiette trop dispendieuse.

Les ribs avaient bon goût, mais des ribs sont des ribs et c'était ce qu'elle avait sans fla-fla.

Je ne pourrai pas vous dire si, avec le service, l'assiette et tout le reste, l'intérieur est charmeur avec peut-être des groupes de musique ou un chansonnier, parce que je n'ai aucune intention d'y retourner. Service lent, prix trop cher pour l'assiette, choix de bières absents, quelle déception cet endroit!

Nous avons payé et avons mangé une crème glacée à la chocolaterie artisanale de l'autre côté de la rue, en face de ce restaurant. Sans le dire ouvertement, nous voulions partir!

Pour redevenir ami avec la stout, j'ai demandé d'arrêter à la microbrasserie des beaux-prés et j'ai bu une pinte de croix noire. Ça, c'est de la bière et ça, c'est une microbrasserie!

Pour celle de Charlevoix, hormis le cachet de la rue, qui est 50% commerces de galeries d'art, ne vous déplacez pas pour la microbrasserie aux bières absentes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire