mercredi 10 juillet 2013

Le parc Jurassique - Michael Crichton

Sur une petite île du Pacifique, à plus de cent kilomètres des côtes de Costa Rica, John Hammond, un vieillard milliardaire, a embauché, voilà plusieurs années, une équipe compétentes afin d'ouvrir un parc tout à fait inusité, un parc dont l'attraction principale sont les dinosaures.

Il demande à Alan Grant et Ian Malcolm de faire une visite d'une fin de semaine pour qu'ils approuvent son idée. La fin de semaine ne se passe pas comme prévue.

Tout le monde connait bien la trilogie cinématographique le Parc jurassique, ce livre a inspiré le premier film.

Esbé m'avait dit que le livre n'avait dit film que le titre, j'étais très curieux de constater par moi-même ce qu'il voulait dire.

Le concept est le même. Hammond déplace des scientifiques ou professeurs sur l'île pour leur montrer sa création. Il y a un traître qui a pour mission de s'enfuir avec des embryons et les faux bugs de l'informaticien coupent le courant et permet aux dinosaures de fuir leurs enclos pendant que Grant, Lex et Tim, petits-enfants de Hammond, Malcolm et quelques autres visitaient le parc dans leur véhicule électrique. Là s'arrête la comparaison.

Parce que ce livre est beaucoup plus détaillé, ce qu'un film ne permet pas. On a le droit à la vraie visite du parc jurassique, avec détails des procédures de sécurité, visites des installations, etc. On a le droit aux dessins des fractales de Malcolm qui nous expliquent sa théorie du chaos. Crichton fournit des lignes de programmations et Arnold, celui qui travaille avec Nedry le traître dans la salle de contrôle les corrections qu'il doit apporter pour reprendre le contrôle du parc. Sans oublier les caméras qui couvrent 92% de l'île et l'ordinateur qui indiquent le nombre de bêtes sur l'île.

Grant visite de endroits qu'on a jamais vu dans le film et certains dinosaures agissent très différemment que ce qu'on nous a proposé au cinéma. Je me souviens très bien que Grant dit à son assistante qu'il n'aime pas les enfants, que les bébés puent. Dans le livre, il y a la phrase suivante : Grant aimait les enfants. Détails insignifiants, mais qui n'a pas respecté le livre. Il y en a quelques autres que je vous laisse découvrir si vous voulez lire ce livre.

Ce sont plus de 400 pages qui défilent à vive allure et qui nous tiennent en haleine. Même si le roman date de 1990, le livre n'a pas trop mal vieilli comme certains autres d'auteurs comme Philip K. Dick ou Robert Silverberg.

Acheter ce livre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire