mercredi 11 juillet 2012

Sous le feu des canons - Jonathan L'Heureux

Après la défaite de Louisbourg aux mains des Anglais, Richard Lereau quitte pour Rimouski. Sa femme et son fils sont morts et Richard s’est juré de faire payer celui qui a orchestré l’attaque : le général anglais James Wolfe. Lereau s’engage dans l’armée française prête à défendre Québec de l’envahisseur anglais.

Ce livre raconte de belle façon l’histoire de la conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques. Appuyé par une bonne bibliographie, L’Heureux explique, tantôt sous la gouverne de Montcalm, tantôt chez l’assaillant Wolfe et ensuite, le point de vue de son héros Richard Lereau, les stratégies utilisées dans les deux camps. Lereau, lui, se mêle plutôt à la population qui, comme c’est le cas de toutes les guerres, souffre de famine et de mortalité.

L'auteur est un habile narrateur et il a réussit le défi à m'intéresser à l'un de nos plus populaires faits historiques. Je crois sincèrement qu'un ado qui aime lire va accrocher facilement à ces pages. Dans les croyances populaires, on a tendance à croire que la bataille des plaines d’Abraham a été perdue parce qu’elle était défendue par des soldats Canadiens, infidèles à la Patrie et portés sur la fête, mais l’auteur raconte une tout autre version, Wolfe ayant faire croire qu’il débarquerait à Beauport pour arriver par Cap-Rouge.

Je n’ai pas d’aspect négatif majeur à dénoncer dans ce livre. Collection destinée aux 12 ans et plus, l’écriture est simple et efficace. Apprendre et comprendre notre histoire devient facile et divertissant quand elle est racontée ainsi. C'est un ouvrage honnête.

Acheter ce titre.

2 commentaires:

  1. J'ai le goût de lire ce livre, étonnamment et je ne suis pas le plus ferré dans l'Histoire... mais les brefs points que tu soulèves m'intriguent...

    RépondreEffacer
  2. Cet ouvrage semble respecter les vrais évènements qui ont fait chavirer l'histoire de la Nouvelle-France (le manque d'argent et de militaires de la France et son incapacité ou son non-vouloir à défendre la colonie) tout cela saupoudré d'une petite histoire d'amour et de deuil d'un Canadien.

    RépondreEffacer